Commentaires


Attention, peinture fraîche !

 

       Car c’est bien de fraîcheur dont il s’agit !

       A l’heure où l’art contemporain revendique le vide, exclut le sens, le sensible et le métier, il faut une singulière dose d’innocence pour peindre des “petites maisons”. Et de plus, nous sommes loin de cette industrie côtière vomissant sans cesse les mêmes flots de chaumières et de petits bateaux.

       On est donc en présence d’un cas.

       Josée Le Roux nous propose une peinture figurative, simple et dépouillée, mais au fort pouvoir d’évocation poétique. Lorsqu’elle se frotte à la turbulence d’Ouessant, elle se concentre sur le rapport subtil entre ciel mouvant et terre enserrée dans un réseau de murets. L’impression d’instabilité est délibérée, mais sans jamais brouiller le regard. De ses maisons apparemment vacillantes se dégage une atmosphère de sérénité en dépit de l’attente des prochains vents.

       A partir de petits papiers crayonnés sur le motif, toute emplie d’un grand pouvoir d’égarement, elle recompose le sujet selon son état d’âme.

       Sa technique si particulière est très maîtrisée. La boite à couleurs est restreinte mais avec une profusion de nuances. La transparence n’est jamais altérée. La sauvagerie des lieux s’exprime par la délicatesse de la touche.

       Minutie du travail, finition irréprochable, ces petits formats sont présentés dans un écrin de couleur peint à même le bois du tableau. Le public ne s’y est pas trompé, il apprécie cet art tranquille et joyeux qui illumine son environnement.

       Nous reviendrons toujours à la fraîcheur !

       Christian BELLUARD, juin 1999.


informations légales    plan sommaire    conditions de vente    liens    liste des tableaux    liste des affiches